Alerte RDC: Le ministre de l’Intérieur “Shadari” prépare des massacres et viols à Lubumbashi (Haut Katanga)

Par Bena Mazamba
Le vice-premier ministre, ministre de l’intérieur et sécurité, Shadari, a présidé une réunion avec tous les députés provinciaux de la province du haut-katanga avec comme thème : l’avenir de la RDC.
Shadari, en mission de sensibilisation des assemblées provinciales, a tenu à informer les députés provinciaux du plan que la MP vient de tracer afin de pouvoir éterniser le pouvoir de Kabila.
Il a donné tant d’exemples des chefs d’État qui ont pu le faire, à savoir Paul Biya, Eduardo dos Santos, Mugabé et tant d’autres; et se dit pourquoi pas Kabila !
Le ministre confirme à ses interlocuteurs que c’est ça la volonté du Raïs, rester au pouvoir pour encore d’autres années et la machine serait prête. Il assure que les elections n’auront plus lieu et ceux qui seraient sur le chemin barrant la route à ce plan seront soit poursuivis en justice, qui d’ailleurs est leur outil de répression des opposants, soit carrément mis hors d’État de nuire.
Il encourage ainsi le tribalisme en ce qui concerne le choix des dirigeants et leaders dans la province en interdisant toute personne non-originaire du haut-katanga de se prétendre être incontournable dans la province.
La rentrée parlementaire est dans quelques jours, il ordonne à toutes les assemblées provinciales de renforcer l’idée du référendum et cette campagne serait motivée financièrement à tous les députés provinciaux avec des enveloppes bien garnies.
Avec un ton de dédain, shadari assure que Kinshasa a mobilisé suffisamment des moyens tant financier que militaire pour répondre efficacement à tout cas contraignants.
Il continue enfin pour annoncer aux députés provinciaux qu’il sera mis sur pied une situation d’insécurité dans les grandes villes créant des psychoses dans la population pour un petit temps, avec en tête de terroriser la population afin d’établir une fois pour toutes, l’idéologie kabiliste; il dit aux députés de ne pas faire cas, ce sera pour une courte durée et qui pourra emporter quelques victimes. Et il termine avec le cas des opposants du rassop en disant qu’ils seront soit arrêtés par voie de la justice, tout en rassurant que la justice est “NÔTRE”, ou carrément ils seront contraints d’aller en exil.
Voici le plan SHADARI.