Éditorial: Départ des “opposants” vers la Kabilie, une occasion de tri essentielle pour le Rassemblement Tshisekedi-Katumbi

Par Coralie KIENGE

Depuis la nomination de Bruno Tshibala par Joseph Kabila au poste de premier ministre de la république démocratique du Congo (RDC), plusieurs langues se sont levées. Certains sont contre et d’autres pour. Et dans cette ambiance de points de vue, la RDC bouillonne sous une tension de qui fait quoi, pourquoi, quand, combien et comment?

Ces questions, aussi légitimes soient-elles, sont moins posées dans le camp du peuple, selon les rapports qui sont parvenus à VAC Radio. Le peuple congolais se sent complètement délaissé. Massacres et tueries continuent au vu et au su de tous. Il s’attendait à un résultat qui apaiserait les tensions, sans succès. Le peuple est également déçu suite au résultat du dialogue sous l’égide de la CENCO qui a permis à Joseph Kabila de profiter de se favoriser lui-même dans son application en tant que celui qui est à la tête de la majorité présidentielle et de la RDC.

En RDC, certains accusent Bruno Tshibala de trahison, ce qui est explicable par sa tournure immédiate, et d’autres se plaignent du voyage de Félix Tshisekedi la veille de la marche, ainsi que de son calme depuis ce temps-là face à la situation politique en RDC. Mais, dans cet éditorial, on vous pousse à voir au-delà de ce que vous voyez avec vos yeux comme dans l’allégorie de la caverne de Platon.

On remarque de ce fait un grand rapprochement vers la Kabilie de certaines personnes qui se faisaient passer pour des grands et dynamiques membres de l’opposition lorsque l’opposant historique Étienne Tshisekedi était encore vivant, mais qui, aujourd’hui, s’allient avec la personne que ce dernier trouvait comme étant le problème même de la RDC.

Et comme la RDC est un pays de tous les défis et de toutes les tournures, le Rassemblement aile Félix Tshisekedi & Moise Katumbi se vide petit à petit. Mais, il y a donc lieu de se poser trois questions :

  1. Pourquoi le Rassemblement aile Tshisekedi- katumbi se vide-t-il?
  2. Pourquoi si rapidement?
  3. Et pour quel intérêt?

Pour répondre à ces trois questions, dans cet éditorial de la Voix de l’Afrique au Canada (vacradio.com), je commence par la troisième :

Il est clair que les politiciens qui fuient le Rassemblement aile Tshisekedi-Katumbi le font par pur intérêt personnel, pour avoir des garanties de postes ou des faveurs dans le nouveau gouvernement Tshibala.

Pour répondre à la deuxième question :

Eh bien, ces “opposants” qui le sont apparemment face à l’opposition veulent vite montrer qu’ils sont de l’autre côté du bateau, et qu’ils approuvent la décision de Joseph Kabila d’avoir nommé M. Tshibala, et surtout de faire croire à ce dernier qu’il a tout leur appui.

Et quant à la première question ci-dessus, la réponse est simple :

Le politicien congolais aime rester là où il pense être capable de remplir ses poches. Suite aux conditions précaires du gouvernement Kabila, lesquelles conditions qui démontrent clairement une ambiance de fin de règne, l’opposition auprès du feu Étienne Tshisekedi et de Moise Katumbi, puis de son fils Félix Tshisekedi après la mort brusque de son père le 1è février dernier, était un refuge idéal pour plusieurs “opposants” qui attendaient le moment propice pour sauter sur le gibier qu’allait sans doute proposer le président illégitime et en fin de règne, Joseph Kabila.

Chose faite et l’heure de reconnaitre le vrai du faux est arrivée.

Malin à la Kindolo qu’il est, Joseph Kabila, le réputé président silencieux malgré les circonstances graves en RDC, s’est arrangé pour faire un discours quelques jours avant la marche de l’opposition prévue pour le 10 avril 2017. Comme si cela ne suffisait pas, il nomme son premier ministre trois jours avant ladite marche, sous des arrangements qui, selon plusieurs sources, étaient connus depuis la supposée détention à la prison de Makala de l’actuel heureux nommé.

Et le 10 avril 2017, VAC Radio et plusieurs autres médias rapportaient la repression qui avait commencé avant même que les Congolais ne se réunissent grâce à la politique de la peur du régime Kabila qui a consisté à déverser plusieurs militaires dans des endroits clé de la république pour interdire toute manifestation contre le gouvernement.

“Victoire”, ont crié les membres de la MP, et ceux qui faisaient partie de l’opposition auparavant, tout en oubliant que la bataille n’était pas équitable des deux côtés parce que eux (ceux de la MP) répriment par les armes et n’hésitent jamais de les utiliser sur le peuple congolais, alors que l’opposition pour sa part, n’a que ses paroles et ses pancartes.

En bref, rejouissances du côté de la MP et de ses nouveaux alliés qui appartenaient autrefois au Rassemblement le 10 avril. Et du côté du Rassemblement Tshisekedi-Katumbi, on sent une forme de désolation, mais plusieurs tiennent encore debout et tentent de garder la morale.

Avec un pas de recul, dans cet éditorial, notre rédaction se donne l’option de rappeler à l’opposition par le rassemblement aile Tshisekedi-Katumbi de se souvenir d’une chose : Elle est encore dans la voie qu’avait choisi le feu Etienne Tshisekedi.

Cette friction, aussi penible ou humiliante à quelques points fût-elle ressentie, a permis au monde entier de comprendre et de répérer le vrai du faux. Il y a bien de têtes historiques que l’opposition regrette d’avoir perdu, mais nul n’est indispensable. Leur convoitise et leur impatience viennent de ressortir le vrai fondement de leur combat. Cependant, l’heure est maintenant à la sélection de nouvelles têtes et esprits vaillants pour mieux représenter la RDC sous toutes ses formes.

Nul n’ignore que dans l’opposition, il y avait un mélange de l’huile et de l’eau, mélange qui est une très mauvaise combinaison dans une cuisson parce qu’il y a un risque d’explosion et de brûlures graves. Nos analystes à la Voix de l’Afrique au Canada démontrent par contre une Victoire pour l’opposition qui, grâce à l’os jeté par Joseph Kabila en ouvrant la porte arrière de son gouvernement, a permis de faire le tri entre le bon riz et le mauvais pour éviter de croquer des pierres qui auraient pu trespasser dans le riz lors de sa récolte, pour ainsi éviter de se faire mal aux dents lors du partage du repas dans la grande famille congolaise.

À la Voix de l’Afrique au Canada, plusieurs experts et contributeurs pensent que la RDC est ce pays qui connait encore des hauts et des bas, mais elle ne le sera pas toujours. Son problème est bien plus que les postes qui se cherchent aujourd’hui par certains politiciens qui salissent la mémoire de nos frères et soeurs qui ont péri dans différentes batailles dans l’espoir d’un avenir meilleur pour tous les Congolais.

Mourir pauvre avec un idéal du bien-être de son peuple est plus honorant que mourir riche sous les agacements et les grincements des dents des milliers de personnes.

Par Coralie KIENGE