Le retour du cinéma congolais après 25 ans d’absence

Après plus de deux décennies de black out, les cinéphiles de Brazzaville ont retrouvé le chemin des salles de cinéma. Disons plutôt… de la salle. Un complexe lancé par Cinébox, une entreprise congolaise de distribution et d’exploitation cinématographique, cofondée par Romaric Oniangue et Gilles-Laurent Massamba.

Pour les deux jeunes congolais, MTN Movies House, c’est bien plusqu’un complèxe, c’est la résurrection d’une industrie qui s’était éteinte. “Aujourd’hui, on voit les industries comme Nollywood qui s’en sortent très bien. Et on s’est dit : pourquoi pas une industrie cinématographique développée au Congo et dans la sous-région? Nous, on se positionne comme étant des acteurs d’une Afrique post-pétrole à travers notre projet de salles de cinéma”, confie Romaric Oniangue.

C’est en aout 2016 que Cinébox a lancé le complexe de cinéma MTN Movies House. Une salle de 200 places à Brazzaville. Diffusion en 4K, écran géant de 7m/4, son Dolby digital 7.1. Les promoteurs disent vouloir participer à “l’émergence d’une industrie cinématographique africaine de qualité”.

En partenariat avec la compagnie des télécommunications MTN Congo et une maison de distribution de films en France, ils diffusent des œuvres américaines et européennes. Le cinéma africain n’est pas en reste même s’il reste lésé. Un film africain est en moyenne diffusé par mois. Les deux entrepreneurs parlent de problèmes liés à la distribution et à la qualité des films locaux.

Le bilan 24 semaines après lancement

“En six mois, une quarantaine de films ont été diffusés. Au début, il n’y avait qu’une trentaine de personnes en salle. Mais aujourd’hui, il nous arrive d’avoir les 200 places pleines. Ça a pris du temps, mais on note une bonne évolution”, affirme Romaric.

Le challenge de Cinébox demeure celui de recréer les conditions pour que les cinéastes congolais et africains puissent s’exprimer.

A travers MTN Movies House, Romaric et Gilles-Laurent offrent pour l’instant une possibilité de diffusion des œuvres africaines. Des formations cinématographiques seront également dispensées afin de contribuer au réveil d’une industrie de loisir longtemps restée endormie.

BBC

Visitez notre boutique et achetez le tout 1e livre de M. Jean-Luc Kienge Dismiss