Que fera l’Angola après la leçon de démocratie donnée à Kabila qui refuse les élections en RDC?

Par Jean-Luc Kienge

Des moments de la démocratie comme ceux que viennent de démontrer l’Angola devraient être applaudis, et spécialement en Afrique centrale où, pour la première fois, un président décide de quitter le fauteuil presidentiel vivant pour laisser la place à un autre démocratiquement élu.

Tel a été le cas de l’Angola qui a décidé de montrer l’exemple aux autres dictateurs africains qui se croient plus fort que Mobutu et qui pensent que sans eux dans leurs pays respectifs, c’est le chaos.

En devenant un exemple dans le monde civilisé, l’Angola va certainement aller de l’avant et permettra à son économie de devenir stable. Les repercussions de ces actions auront probablement lieu sur la population qui sera focalisée à chercher à développer son bien-être. Certes, cela prendra du temps, mais avec son problème politique résolu, l’Angola misera sûrement sur son essor économique.

Contrairement à la RDC dans laquelle règne un dictacteur de rien du tout qui pense qu’en crèant la politique de la terre brulée, il s’éternisera au pouvoir en massacrant et en pillant la population de la RDC. En faisant cela, si Joseph Kabila ne s’est pas rendu compte qu’il creuse sa propre tombe, car la population qui vit dans une misère totale se revoltera un jour. De cette révolte, le peuple le capturera et le chassera du pouvoir au péril de sa vie. Ce qui est pire est que le désordre que Kabila crèe au Congo entrainera toute la région dans une guerre interminable.

Après ce passage de flambeau réussi entre un président sortant vivant et un président entrant vivant, l’Angola va-t-elle laisser Joseph Kabila saboter ce moment historique juste pour le garder au pouvoir en RDC?

Qui vivra verra!

Jean-Luc Kienge