RDC : Les tueries du Kasaï endeuillent 8 fois une Canadienne d’origine congolaise

Depuis quelques mois, les yeux sont fixés sur la province du Grand Kasai en république démocratique du Congo (RDC), endroit qui connait des massacres continus.

Tueries, assassinats, décapitations, etc., bref, des abus des droits de l’homme qui, pour des raisons que nul ne sait, continuent à passer dans les dossiers tus et moins urgents de la RDC et de la communauté internationale.

Et pourtant, dans ce silence, plusieurs Congolais ont perdu leurs frères et soeurs.

Une femme d’origine congolaise habitant l’ouest canadien depuis plusieurs années et qui préfèrre taire son nom pour protéger sa famille sur place au Kasaï, a déclaré avoir perdu et enterré huit de ses membres de famille en moins d’une semaine.

“Certains sont proches et d’autres éloignés, d’autres jeunes et grands, mais c’est toujours ma famille. Je ne sais pas comment les pleurer… Comment enterrer huit personnes de ma famille en même temps ? Comment guérrir cette douleur ? Qui est-ce que je devrais pleurer en premier et qui en dernier ?”, a-t-elle dit sous une forte émotion à notre correspondante.

“Tous les huit membres de ma famille ont été tués et ma famille restante les a enterré tous au même moment. Je ne m’y suis pas rendu à cause de l’insécurité qui y règne. Je crainds pour ma famille”, a-t-elle déclaré

Originaire de la RDC, précisément du Kasaï et habitante du Canada depuis plus d’une vingtaine d’années, elle craint pour la vie de sa famille restante et ne vit que sous l’espoir que la situation pourrait se calmer l’un de ces quatre matins.

Coralie Kienge